Logo Etoile Mag Le magazine au service de votre carrière

Secteur public

Mieux anticiper l’évolution des métiers et développer les compétences des agents



Dans un avis rendu le 11 décembre 2018, le CESE formule plusieurs préconisations visant à la fois à «définir et renforcer le dispositif de gouvernance de la fonction publique, donner aux personnels et au management plus de capacité pour anticiper l’évolution des métiers et favoriser l’évolution des métiers pour accompagner la transition numérique».

Fractures territoriales, inégalités sociales, mutations numériques et environnementales, tous les défis mis sur le devant de la scène par la crise des « gilets jaunes » devraient constituer les enjeux majeurs des politiques publiques conduites au cours des prochaines années. Dans ce contexte, quel rôle seront amenés à jouer les 5,5 millions d’agents publics ? Comment ce réseau de femmes et d’hommes œuvrant pour l’intérêt général va-t-il pouvoir renforcer la cohésion et la justice sociale dans les territoires ? Quels moyens devraient être mobilisés en faveur des services publics dans une conjoncture marquée par des économies budgétaires ?

Autant de questions sur lesquelles le Conseil économique, social et environnemental (CESE) était invité à réfléchir dans le cadre d’une mission confiée par le Premier ministre. Une réflexion menée en parallèle de la concertation Action publique 2022 initiée depuis le mois de février 2018 par le gouvernement. L’avis adopté le 11 décembre dernier par l’assemblée consultative apporte des premières réponses alors qu’un projet de loi visant à réformer la fonction publique est attendu au 1er semestre 2019.

 

« Plan pluriannuel sur la formation continue »

 

Parmi ses préconisations, le CESE recommande d’abord de « définir et renforcer le dispositif de gouvernance de la fonction publique ». Les conseillers du Palais d’Iéna pointent le fait que les trois fonctions publiques disposent actuellement de dispositifs de pilotage distincts ; la DGAFP intervient surtout sur des aspects réglementaires ou de suivi statistique. Pour rendre plus efficace la gestion des ressources humaines, le CESE juge indispensable la mise en place d’une nouvelle gouvernance. « Rattachée à la DGAFP et coordonnant les trois versants, cette nouvelle structure devrait être dotée de trois missions : le développement des compétences et qualifications professionnelles, la définition des axes de formation continue des personnels et l’anticipation de l’évolution des métiers », propose le Conseil. Dans son avis, le CESE suggère par ailleurs de prévoir, dans le cadre du prochain projet de loi, « l’élaboration d’un plan pluriannuel sur la formation continue ».

 

Consultation régionale

 

Dans le même temps, l’assemblée consultative préconise d’engager dans chaque région une consultation sur l’évolution des besoins en matière d’emploi public. Objectif : « mieux adapter la répartition des métiers de la fonction publique aux territoires ». Le Conseil recommande également d’améliorer la couverture de la fonction RH, notamment pour les populations de fonctionnaires qui en bénéficient peu, en mettant en place un réseau de conseillers RH de proximité dans l’Éducation nationale.

Les membres du CESE souhaitent d’autre part que des dispositions soient prises pour renforcer la formation, « notamment en modifiant les programmes de formation initiale des écoles de la fonction publique pour assurer une formation plus en ligne avec les besoins de polyvalence des personnels ». En outre, le CESE appelle à « garantir l’accès à la formation continue des personnels contractuels » et insiste sur la nécessité de « mettre en œuvre une mission publique sur la collecte et l’usage des données numériques ». Le Conseil se prononce en particulier pour la création d’un corps d’ingénieurs A+ des systèmes d’information et de communication de l’Etat.

 

Emmanuelle Quémard

Soyez la première personne à commenter cet article

Découvrez le réseau Etoile en vidéo !


Rejoindre Etoile